Preview de Dungeon Siege III

‘est toujours un plaisir de mettre les pieds dans les bureaux français de Square Enix pour une séance de test privée d’un jeu en cours de développement. Ce mois-ci, la société m’invitait à mettre les mains sur une démonstration jouable de Dungeon Siege III dans sa version Xbox 360. Puisque mon tendre ami Sacha y est « animateur de communautés », nous avons pu profiter ensemble, main dans la main, du mode coopération qui devrait être la véritable force de ce nouveau jeu de rôle occidental. Vous n’aviez pas peur des catacombes ? Ça va changer.


Dungeon Siege III n’est en rien une révolution. Son ambiance reprend les grands stéréotypes du genre : royaume déchu, châteaux envoûtés, chevaliers valeureux et sorcellerie machiavélique sont au rendez-vous. L’univers médiéval fantastique inspiré des deux précédents opus et de licences légendaires telles que Baldur’s Gate ou The Elder Scrolls. La magie opère vite, l’odeur des squelettes putréfiant sous les torches des cachots venant presque chatouiller nos narines. Ce contexte scénaristique assez peu développé dans l’extrait est servi par une réalisation graphique tout à fait correcte et un environnement sonore soigné, collant presque la frousse une fois les volets fermés. Mention spéciale au décors de forêt automnale chatoyant traversé à la fin de la séance.

Si ces prédécesseurs étaient de purs RPG, ce troisième épisode se présente davantage comme un jeu d’aventure à la sauce hack and slash. Il est inutile de passer plusieurs heures à affûter sa lame, la jouabilité se veut très accessible malgré deux postures et des types d’attaques différents. Les ennemis sont nombreux, assez variés mais pas toujours très malins, si bien qu’ils laissent le joueur prendre le temps de reprendre ses forces tranquillement entre deux assauts. Seuls les boss donnent plus de fil à retordre : ils invoquent rapidement leurs sbires et se montrent plus agressifs. On compte sur les différents niveaux de difficulté pour satisfaire les vrais aventuriers.

S’ils n’ont pas encore réellement communiqué autour de cet aspect du jeu, Obsidian et Square Enix misent principalement sur les fonctionnalités multijoueur de Dungeon Siege III. À tout moment, il est possible d’accueillir un partenaire en local ou en ligne dans la partie. La caméra se recule alors, et le plaisir de jeu est décuplé. Ajoutons à cela un inventaire étoffé, des dialogues à choix multiples ainsi que des compétences à gogo et l’on obtient un soft qui tient la plupart de ses promesses. J’émets dès maintenant quelques réserves quant aux ventes du soft, quelle que soit la plateforme concernée. Pas de réelle prise de risque, un manque évident d’originalité : malgré son accessibilité, le grand public se tournera sûrement vers l’impressionnante quantité de blockbusters à paraître sur console au cours de la même période. Réponse le 17 juin prochain.

Laisser un commentaire